Réflexions sur l’Église Analyses livres, films Nos publications

 

Newsletter n°  126 Mars 2020

 

Chers internautes,

Ce mois-ci, nous vous présentons trois livres et une réflexion sur Jésus face au Mal et à la Tentation.

  • Dans Le Siècle vert, Régis Debray décrit l’émergence d’un nouveau monde féminisé et aseptisé : «Notre époque veut construire un monde pasteurisé, sans risque, tout en positif, où on ne veut plus voir le sang couler, le taureau dans l’arène, ni le cercueil dans la rue. La vie sans la cruauté de la vie. Plus de contact avec le mal. Restons propres.» Le siècle vert
  • L’apôtre Pierre proclama le jour de la Pentecôte « Il arrivera que je répandrai de mon Esprit sur toute chair. » Le Pape François nous rappelle qu’être missionnaire est de se mettre au service de l’Esprit Saint présent en en tout homme et femme du monde : Sans Jésus, nous ne pouvons rien faire. Sans Jésus, nous ne pouvons rien fair
  • Le Nouveau Testament sans tabous, Dieu s’est manifesté dans le corps nu et martyrisé d’un crucifié. Ce scandale a fait éclater toutes les représentations de Dieu. Le Nouveau Testament sans tabous

Nous continuons aussi à réfléchir sur le Mal,
en tournant notre regard sur Jésus qui au désert a été tenté par l’adversaire, Satan. 6ème lettre
 


    Réflexions sur l'Église

    Prologue : L’Église au souffle de l’Esprit Saint Proogue des réflexions sur l'Eglise

    1ère lettre : L’Église au cœur de l’aventure humaine 1ère lettre des réflexions sur l'Eglise
    2ème lettre : Les communautés des disciples de Jésus sont appelées à se convertir 2ème lettre des réflexions sur l'Eglise
    3ème lettre : Jésus, ‘fils de l’homme’ incarne le mystère de l’amour de Dieu pour l’humanité 2ème lettre des réflexions sur l'Eglise
    4ème lettre : Le mystère de l’aventure humaine 4ème lettre des réflexions sur l'Eglise
    5ème lettre : Le mal, un mystère 5ème lettre des réflexions sur l'Eglise
       

    - 6ème lettre : De la Tentation -

    Jésus tenté par Satan

          Dans Le Nouveau Testament sans tabous (p 50), Simon Butticaz précise que « Dans le nouveau testament la tentation désigne en priorité ‘une expérience’, un ‘lieu-test’ dans lequel on entre et où l’on s’expose…. Jamais dans le Nouveau Testament le terme n’est utilisé en dehors du registre de la foi. Dans la Bible, ‘l’épreuve’ est le lot exclusif des croyants, les autres en sont épargnés… La mise à l’épreuve par Dieu est ainsi toujours conséquence de l’élection, et non son présupposé ou sa condition.

          L’épisode des tentations de Jésus illustre son combat et sa ferme détermination pour accomplir l’œuvre que son Père lui a confié : que tous, blessés, exclus de toutes sortes, possédés par l’esprit du Mal, soient rétablis dans leur dignité de fils de Dieu et reçoivent la vie en abondance. Jésus est envoyé pour que personne dans le monde ne soit prisonnier du Mal aux mille visages.

          Sur la croix, Jésus est le juste mis à mort par la folie meurtrière des hommes semant l’amour créateur de vie de Dieu dans le ténèbres humaines. Jésus a fait pleinement confiance en son Père en ces temps dramatiques  Son Père a été victorieux du mal en remettant Jésus debout alors qu’il reposait dans le tombeau.

     

    Satan tente Jésus de ne pas être est serviteur

          L’intimité qui unissait Jésus et son Père du ciel a donné à Jésus des yeux capables de discerner l’invisible, l’amour salvateur de Dieu pour l’humanité et ce dans la vie ordinaire et fragile des humains. En d’autres termes, Jésus avait le don de déceler le travail discret de l’Esprit Saint dans le cœur de tous ceux qu’il rencontrait. L’événement appelé ‘la multiplication des pains’ en est un exemple très parlant. Jésus  avait demandé à ses apôtres de nourrir la foule venue l’écouter. Alors que trois évangiles rapportent cet événement, seul Jean détaille cet événement en précisant une anecdote, qui pourrait paraître un détail à la lecture : « Quand Jésus vit une grande foule venir à lui, il demanda à Philippe où acheter du pain pour nourrir cette foule. »(Jean 6,1-16) André, un autre disciple signala à Jésus qu’il y avait dans la foule un garçon qui avait avec lui cinq pains et deux petits poissons. « Jésus prit les pains, il rendit grâce et les distribua aux convives. Il fit de même avec les poissons. »(Jean 6,11)

           En fait, Jésus n’a pas simplement multiplié les pains mais il a multiplié le geste de ce jeune. En laissant Jésus prendre ses pains et ses poissons, ce jeune participe à la mission que le Père a confiée à Jésus.

           Associer ainsi un enfant à la mission que son Père lui a confiée  et révéler que la toute puissance de Dieu s’exprime dans son amour pour cet enfant qui a les mains ouvertes, donne une valeur insoupçonnée au geste de l’enfant et à la mission de Jésus, qui se réalise aussi avec les mains des enfants.  Jésus n’est pas entré dans la tentation d’éblouir la foule par la toute puissance de Dieu, mais il révèle combien son Père aime les enfants en rendant fertile leur générosité et comment leurs gestes de partage participent à l’œuvre de Dieu. Il faut être Jésus pour être attentif à ce geste d’enfant alors qu’un foule est venue à lui pour se nourrir de sa parole et finalement de son pain.
    Si tu est le fils de Dieu, donne à notre vie d’échapper à le mort, délivre nous de notre fragilité : avoir a volonté du pain tue en nous ce qui nous fragiles, ce qui permet d’échapper à la mort… Ne plus être un humain fragile, qui est prisonnier de ses limites.

     

    Satan tente Jésus d’être un homme à part

        La deuxième tentation de Satan est d’avoir demandé à Jésus de se manifester comme un protégé de Dieu : « Jette-toi du haut du temple et tout le monde verra que les anges te soutiennent pour que tu ne te blesse pas en tombant. » Sans doute cette tentation a dû profondément atteindre Jésus. Il a fait souvent référence à Isaïe qui annonçait la venue d’un serviteur souffrant, torturé…Jésus refuse absolument d’être protégé par un événement miraculeux qui prouverait, aux yeux du peuple, que Dieu domine le mal. Jésus sait aussi qu’il doit révéler l’amour du Père : mais comment témoigner que Dieu est son Père, qu’il l’aime, alors qu’il risque d’être mis à mort ?

         Comme tous les hommes, les juifs étaient préoccupés par le problème du mal et de la mort, mais ils avaient une vision manichéenne du bien et du mal : pour eux, Dieu dirigeait les forces du bien, tandis que le diable était maître du mal, de la souffrance, de l’esclavage, de l’adultère, du mensonge… Des prophètes annoncèrent qu’un jour, Dieu allait descendre sur terre et détruire les forces du mal. Mais un dur événement amena les juifs à remettre en cause l’idée qu’ils se faisaient de l’origine du mal. Durant la guerre sainte des Macchabées, les oppresseurs grecs obligèrent les juifs à transgresser la Loi. La souffrance et la mort de l’être humain ne sont donc plus une conséquence directe de son infidélité à la parole de Dieu.

         la deuxième tentation en haut d’un montagne dominant le monde , tout sera à toi… devenir un dieu sur la terre : Dominer avec la puissance du glaive et de l’argent : On ne domine pas seulement le matériel mais les hommes, les peuples

     

    Satan tente Jésus de ne pas garder sa liberté

        Troisième tentation devenir comme des dieux : immortel

         Satan aborde Jésus en lui proposant de dominer l’humanité, à une condition : « Si tu te soumets totalement à moi, je te donne tous les royaumes de la terre où je règne en maître. » Satan veut mettre fin à l’aventure humaine dont Jésus est solidaire et propose à Jésus de se soumettre totalement à Lui. Jésus lui répond : « Tu te soumettras à Dieu seul et tu lui rendras un culte.»

         La réponse de Jésus semble limpide. En éclairant sa réponse par ce que Jésus pense de l’avenir et annonce dans le livre de l’Apocalypse, on s’aperçoit qu’au sujet du culte, Jésus ne fait pas forcément allusion au culte rendu à Dieu dans un Temple.  Son Père et lui-même souhaitent que les hommes participent à la renaissance d’un monde délivré du mal. L’auteur de l’apocalypse illustre cette renaissance par une vision de la nouvelle cité descendu du ciel à la suite de Jésus : « De temple, je n’en vis point dans la cité… » (Apocalypse 21, 21-22) Grâce à la mort et à la résurrection de Jésus, grâce au don de l’Esprit Saint répandu sur toute chair, sur tous ceux qui se sont associés d’une façon ou d’une autre à l’œuvre de l’Esprit, l’humanité deviendra la demeure de Dieu. Cette  cité nouvelle est devenue la demeure de Dieu.

         Avant de communier au pain et au vin consacrés, le célébrant adresse cette prière qui est un véritable acte de confiance en Jésus:

    « Seigneur Jésus, fils du Dieu vivant,
    selon la volonté du Père et la puissance du Saint-Esprit,
    tu as donné par ta mort, la vie au monde.
    Que ton corps et ton sang me délivre de mes péchés et de tout mal,
    fais que je demeure fidèles à ton amour
    et que je ne soit jamais séparé de toi. »

         Le célébrant reconnaît que Jésus a une relation étonnante à son Père du ciel. Jésus avait une confiance bouleversante en son Père. Ce père voulait que son fils bien-aimé en qui il a mis toute sa joie accepte en toute liberté de se laisser arrêter par le police sur ordre du pouvoir religieux. Avec l’accord de Rome, les responsables religieux ont condamné Jésus  au fouet et à la croix. 

     


    La contribution d'un photographe
    De la tentation pour l'Homme

    Troupes anglaises franchissant les barbelés allemands en 1916  - reproduction © Norbert Pousseur

    Nuages de gaz sarin dans les tranchées allemandes - photo 'Le Miroir', guerre de 14-18 - reproduction © Norbert Pousseur

    Que dire de nos tentations, à nous les hommes,
    notre tendance à refuser l'autre et à trouver toutes les raisons pour le combattre.

    Comme ici, images d'archives de la guerre 14-18 entre pays voisins,
    Ou ci-dessous les barbelés que nous dressons (ou non) contre l'immigré,
    pour l'empêcher de venir troubler notre petit quotidien
    et de venir nous apporter d'autres valeurs, d'autres pensées !

    Barbelés au dessus d'une grille - © Norbert Pousseur

     

    Une des batailles des Croisades, dessin de Massard - reproduction © Norbert Pousseur
    Ou encore comme ici, ou le prétexte du combat
    était de délivrer des 'Lieux Saints', croisés contre armée musulmane,
    qui dans cette gravure portent des visages si semblables !

    Et il ne s'agit pas là de Tentations anciennes,
    mais bien présentes,
    à constater l'état de guerre et de conflits dans le Monde,
    ou de la manière dont nombre d'entre-nous
    injurient ou condamnent l'autre via les réseaux sociaux.



    Pour celles et ceux qui reçoivent déjà les Newsletter de ’Eglise pour notre temps’, ils recevront cette année les 6 newsletters sur le thème : ‘L’Eglise au souffle de l’Esprit Saint’.
    Si vous souhaitez qu’un(e) de vos connaissances les reçoivent aussi, il vous suffit d’inscrire son adresse mail sur le mail qui s'ouvrira lorsque vous cliquerez sur cette flèche :   
    Mail pour NewsLetter L'Eglise au souffle de l'Esprit Saint


     

    Apports d’internautes

    À vous la parole… envoyez-nous vos réactions par Mail     Mail de réaction aux réfelxions sur l'Eglise

     

     


Ci-dessous, en tableau, les autres sections principales de ce site

Les bouleversements culturels Recevoir la Newsletter Réactions
Notre foi renouvelée L'inculturation La Foi vécue en Église

 

Recherche dans le site

Haut de page

 

     Qui sommes nous             Nous écrire                 Liens                     Plan