Réflexions sur l’Église Analyses livres, films Nos publications

 

  Février 2021

 

Le père Robert Pousseur a voulu ce site et l'a nourri durant plus de 10ans.

Au cours de l'année 2020 sa santé s'est mise à décliner, et finalement, le 13 janvier 2021 il est décédé, sans souffrir, à l'hôpital.

C'était mon frère, et je l'ai suivi et aidé à travers les 3 sites qu'il a animé.
Celui-ci, bien sûr qui restera ouvert aussi longtemps que possible,
ainsi qu'un précédent, qui reste aussi en ligne : Artistes en dialogue Le site Artistes en dialogue

 

Voici un petit rappel de son parcours, une contribution du Père Gilbert Louis

Le Père Robert Pousseur qui avait créé le site « Eglise pour notre temps », nous a quitté le samedi 13 janvier 2021, à l’âge de 89 ans.

Ses obsèques se sont déroulées dans la basilique de St Quentin, là où il exerça la responsabilité de curé pendant de nombreuses années. Avec les « Amis de la Basilique », il fut à l'origine des fêtes Saint-Quentin et créa plusieurs spectacles dont l’un sur le livre de l’Apocalypse. 

Investi dans l’action catholique des milieux indépendants, (aumônier national de la JICF, soutien de l’ACI au Liban et en Syrie), il avait l’art de la recherche et de l’approfondissement, ne craignant pas de pousser chacun dans ses retranchements afin de révéler le meilleur de sa vie.

Amoureux des arts, artiste dans l’âme, il pouvait s’adonner tout aussi bien au dessin, à la peinture, qu’au piano ou l’orgue.

C’est à partir de 1998, qu’il devint secrétaire de la commission « Arts, cultures et foi » au service de l’épiscopat français.
Revenu à St Quentin pour le temps de la retraite, il consacra le meilleur de son temps à donner des conférences et à écrire de nombreux ouvrages Les ouvrages de Robert Pousseur, fruits le plus souvent d’un travail en collaboration avec ses amis. La démarche suivait un même fil : au point de départ, une réflexion sur une question d’aujourd’hui, éclairée par la révélation chrétienne en vue d’ouvrir des chemins nouveaux pour l’Eglise d’aujourd’hui.

Alors que j’étais évêque de Châlons en Champagne, j’ai eu le plaisir d’accompagner et de soutenir le travail de Robert Pousseur lorsqu’il était en responsabilité nationale pour le service « Arts, cultures et foi ». J’en garde le souvenir d’un homme passionné, créatif, tenace, exigeant au point d’agacer parfois, mais toujours suscitant la recherche et en recherche lui-même, animé d’une foi profonde en la personne de Jésus.

Je ne pense pas être le seul à avoir beaucoup reçu de lui. En gardant encore ouvert le site « Eglise pour notre temps », n’est-ce pas une manière de lui dire toute notre reconnaissance pour ce qu’il a été et ce qu’il nous a donné.

+ Gilbert Louis, évêque émérite de Châlons en Champagne
 

Merci aussi de ce mot de l'archevêque de Damas,
qui régulièrement nous donnait des nouvelles de la Syrie La Syrie et ses bouleversements

Désolé pour le décès d'abouna Robert que je connais depuis Septembre 1989... Une grande figure qui a marqué des générations par son esprit missionnaire et l'ouverture aux plus pauvres..
Un homme de culture et de Lumière. Il est venu plusieurs fois au Liban et en Syrie pour dynamiser les groupes de l'ACI. Il a manifesté plusieurs gestes de solidarité pendant la guerre de Syrie. Je perds un ami et un frère...et dis la messe de ce soir pour Lui...

MERCI Père POUSSEUR de ton témoignage. A Dieu.

+ Samir NASSAR Archevêque Maronite de Damas

 

Et ci-dessous, sa dernière contribution de mai 2020,
qui reste, en cette année 2021 toujours d'actualité !

Nous vous invitons à réfléchir avec nous sur la Tempête qui secoue le Monde


    Réflexions sur l'Église

    Prologue : L’Église au souffle de l’Esprit Saint Proogue des réflexions sur l'Eglise

    1ère lettre : L’Église au cœur de l’aventure humaine 1ère lettre des réflexions sur l'Eglise
    2ème lettre : Les communautés des disciples de Jésus sont appelées à se convertir 2ème lettre des réflexions sur l'Eglise
    3ème lettre : Jésus, ‘fils de l’homme’ incarne le mystère de l’amour de Dieu pour l’humanité 2ème lettre des réflexions sur l'Eglise
    4ème lettre : Le mystère de l’aventure humaine 4ème lettre des réflexions sur l'Eglise
    5ème lettre : Le mal, un mystère 5ème lettre des réflexions sur l'Eglise
    6ème lettre : Jésus tenté par Satan 5ème lettre des réflexions sur l'Eglise

    - 7ème lettre : Tempête sur le Monde -

    Un virus provoquant une véritable tempête culturelle et spirituelle

     

    Le pape François pense que depuis des semaines, d’épaisses ténèbres couvrent nos places, nos routes et nos villes :
    ces ténèbres se sont emparées de nos vies en remplissant tout d’un silence assourdissant et d’un vide désolant, qui paralyse tout sur son passage : cela se sent dans l’air, cela se ressent dans les gestes, les regards le disent. Nous nous retrouvons apeurés et perdus.
    Comme les disciples de Jésus, nous avons été pris au dépourvu par une tempête inattendue et furieuse.

    L’évangile de la tempête apaisée

    Ce jour là, le soir venu, Jésus dit à ses disciples : « Passons sur l’autre rive. » Quittant la foule, ils emmenèrent Jésus dans la barque où il se trouvait, et il y avait d’autres barques avec lui. Survient un grand tourbillon de vent. Les vagues se jetaient sur la barque au point au point que déjà la barque se remplissait. Et Jésus à l’arrière, sur le cousin, dormait. Les disciples le réveillent et lui disent : « Maître, cela ne te fait rien, nous périssions ? . Réveillé, Jésus menaça le vent et dit à la mer : « Silence ! Tais-toi ! » Le vent tomba et il se fit un grand calme. Jésus leur dit « Pourquoi avez-vous si peur ? Vous n’avez pas encore de foi ? » Ils furent saisis d’une grande crainte et ils se disaient entre eux : « Qui donc est-il pour que même le vent et la mer lui obéissent ? « (Évangile de Marc 4, 35).

     

    Méditation du Pape François (le 27 mars 2020)

    Nous nous rendons compte que nous nous trouvons dans la même barque, tous fragiles et désorientés, mais en même temps tous importants et nécessaires, tous appelés à ramer ensemble, tous ayant besoin de nous réconforter mutuellement. Dans cette barque où nous nous trouvons tous. Comme ces disciples qui parlent d’une seule voix et dans l’angoisse disent : « Nous sommes perdus » (v. 38), nous aussi, nous nous apercevons que nous ne pouvons pas aller de l’avant chacun tout seul, mais seulement ensemble.

    « Le soir venu » Ainsi commence l’Évangile que nous avons écouté. Depuis des semaines, la nuit semble tomber. D’épaisses ténèbres couvrent nos places, nos routes et nos villes ; elles se sont emparées de nos vies en remplissant tout d’un silence assourdissant et d’un vide désolant, qui paralyse tout sur son passage : cela se sent dans l’air, cela se ressent dans les gestes, les regards le disent. Nous nous retrouvons apeurés et perdus. Comme les disciples de l’Évangile, nous avons été pris au dépourvu par une tempête inattendue et furieuse. Nous nous rendons compte que nous nous trouvons dans la même barque, tous fragiles et désorientés, mais en même temps tous importants et nécessaires, tous appelés à ramer ensemble, tous ayant besoin de nous réconforter mutuellement. Comme ces disciples qui parlent d’une seule voix et dans l’angoisse disent : « Nous sommes perdus » (v. 38), nous aussi, nous nous apercevons que nous ne pouvons pas aller de l’avant chacun tout seul, mais seulement ensemble.
    Il est facile de nous retrouver dans ce récit. Ce qui est difficile, c’est de comprendre le comportement de Jésus. Alors que les disciples sont naturellement inquiets et désespérés, il est à l’arrière, à l’endroit de la barque qui coulera en premier. Et que fait-il ? Malgré tout le bruit, il dort serein, confiant dans le Père – c’est la seule fois où, dans l’Évangile, nous voyons Jésus dormir – Puis, quand il est réveillé, après avoir calmé le vent et les eaux, il s’adresse aux disciples sur un ton de reproche : « Pourquoi êtes-vous si craintifs ? N’avez-vous pas encore la foi ? » (v. 40).

    Cherchons à comprendre. En quoi consiste le manque de foi de la part des disciples, qui s’oppose à la confiance de Jésus ? Ils n’avaient pas cessé de croire en lui. En effet, ils l’invoquent. Mais voyons comment ils l’invoquent : « Maître, nous sommes perdus ; cela ne te fait rien ? » (v. 38).
    Cela ne te fait rien : ils pensent que Jésus se désintéresse d’eux, qu’il ne se soucie pas d’eux.

    Entre nous, dans nos familles, l’une des choses qui fait le plus mal, c’est quand nous nous entendons dire : “Tu ne te soucies pas de moi ?”. C’est une phrase qui blesse et déclenche des tempêtes dans le cœur. Cela aura aussi touché Jésus, car lui, plus que personne, tient à nous. En effet, une fois invoqué, il sauve ses disciples découragés.
    La tempête démasque notre vulnérabilité et révèle ces sécurités, fausses et superflues, avec lesquelles nous avons construit nos agendas, nos projets, nos habitudes et priorités. La tempête démontre comment nous avons laissé endormi et abandonné ce qui alimente, soutient et donne force à notre vie ainsi qu’à notre communauté. La tempête révèle toutes les intentions d’“emballer” et d’oublier ce qui a nourri l’âme de nos peuples, toutes ces tentatives d’anesthésier avec des habitudes apparemment “salvatrices”, incapables de faire appel à nos racines et d’évoquer la mémoire de nos anciens, en nous privant ainsi de l’immunité nécessaire pour affronter l’adversité.

    Robert Pousseur

     


    La contribution d'un photographe
    Comment réagir face aux Tempêtes ?


    Graph, variante du Cri d'Edvard Munch ©  Norbert Pousseur, 1999

    Le cri.
    Un graph en région parisienne, qui fait penser au Cri d'Edvard Munch.
    Réalisé en 1998, dans un environnement de banlieue aisée,
    Il exprime, plus de vingt ans à l'avance la crainte et la peur.
    Nous ne savons pas encore si la pandémie actuelle est une réelle catastrophe,
    ou d'un soubresaut précurseur de crises plus graves (ou non).
    Mais le Cri des peuples du Monde, est bien présent,
    et était déjà là depuis longtemps sans que nous y prenions garde.

     

    Saint martyr, statue et peinture © Norbert Pousseur

    La Prière, la Foi
    Devant une scène de violence,
    le personnage de gauche prêt à asséner des coups vers l'homme accroupi,
    voici ce personnage de saint qui s'adresse au ciel.
    Il y a sans doute une relation directe entre la statue et la peinture,
    (le martyr du tableau, en saint en robe dorée... ?)
    mais pour un œil profane ou laïque se posera sans doute la question
    de l'utilité de la prière et de la foi face à la violence et aux catastrophes.
    Chacun y répondra à sa manière, selon sa sensibilité et ses croyances.

     

    Frrise d'ouvriers d'industrie © Norbert Pousseur, 1996

    Agir
    Une fresque d'ouvriers du début du 20ème siècle,
    qui œuvrent à construire la civilisation dans laquelle nous baignons actuellement
    avec ses divers désastres.
    Ces hommes et la Société d'alors croyaient en la valeur positive de leurs actions.
    Cette croyance est en partie remise en cause à présent,
    face aux épidémies et aux dérèglements climatiques.
    Ceux qui ont la Foi, quelque soient leur religion, prieront,
    mais nous devrons aussi essayer de remédier concrètement aux catastrophes
    que nous avons nous-même induites.

    Norbert Pousseur



Ci-dessous, en tableau, les autres sections principales de ce site

Les bouleversements culturels Recevoir la Newsletter Réactions
Notre foi renouvelée L'inculturation La Foi vécue en Église

 

Recherche dans le site

Haut de page

 

     Qui sommes nous             Nous écrire                 Liens                     Plan