Réflexions sur l’Église Analyses livres, films Nos publications


 Newsletter n°  122                                                                                Novembre 2019

Chers internautes,

L’Eglise ne se répare pas comme le suggère deux quotidiens catholiques, La Croix et le Pèlerin. Elle est appelée à se convertir sans cesse en étant plus fidèle à l’Evangile et en montrant au monde par sa vie le vrai visage du Christ. C'est pourquoi nous continuons nos réflexions sur l'Église :
Les communautés des disciples de Jésus sont appelées à se convertir.

Le livre du théologien J. Moingt Vers le livre L’esprit du christianisme et le roman de Marie Darrieussecq Vers le livre La mer à l’envers nous provoquent à avoir un autre regard sur le christianisme et sur les migrants.

Les six films français, syrien, américain et franco-brésilien , ouvrent notre cœur au monde actuel. Vers la page Cinéma



    Réflexions sur l'Église

    Prologue : L’Église au souffle de l’Esprit Saint Proogue des réflexions sur l'Eglise
    1ère lettre : L’Église au cœur de l’aventure humaine 1ère lettre des réflexions sur l'Eglise

    - 2ème lettre -

    Les communautés des disciples de Jésus
    sont appelées à se convertir

          
    Des internautes ont été étonnés que l’on s’inspire du livre de l’Apocalypse pour éclairer d’une lumière divine la crise qui traverse aujourd’hui l’Eglise catholique. L’Eglise brûle et la parole de Dieu transmise par l’auteur de l’Apocalypse nous provoque non pas à juger mais à se laisser surprendre par Jésus qui frappe la porte : « Voici, je me tiens à la porte et je frappe. Si quelqu’un entend ma voix et ouvre la porte, j’entrerai chez lui et je prendrai la cène avec lui et lui avec moi. » (Apocalypse 3,20)
    Jean, l’auteur de l’Apocalypse, frappe à notre porte et nous parle dans un langage qui ne nous est pas familier, le langage apocalyptique qui laisse entrevoir l’avenir que Dieu prépare avec les justes et ce par des visions.   

    L’Apocalypse s’ouvre par une vision de Jean. Il entend ‘quelqu’un’ qui lui parle dans son dos. Jean se retourne et voit 7 chandeliers et au milieu de ces chandeliers quelqu’un « qui semblait être un fils d’homme » tenant dans sa main sept étoiles. Le fils d’homme prit la parole: ’Je suis le Vivant… je tiens dans la main les clefs de la mort… les sept étoiles représentent le charisme spirituel de chaque église et les sept chandeliers sont les sept églises qui éclairent la présence de la puissance de l’Esprit dans leur monde. » (Apocalypse  1, 18-20)

    Jean connaît ces communautés qu’il va décrire en leur écrivant à la demande du Fils de l’homme. Jean connaît ses églises et il sait que ces communautés sont loin d’être des saintes communautés de disciples de Jésus. Il a dû être surpris que la vision compare ces Eglises à des chandeliers et au milieu d’elles ‘quelqu’un qui lui semblait être un fils d’homme.’, le Vivant dans toute sa gloire.

    Jean en parlant de ‘fils d’homme’ reprend le vocabulaire du prophète Daniel qui par cette expression désigne un être mystérieux qui conduit l’aventure humaine souvent si dramatique et ensemencée par des graines de justice, de vérité et d’amour vers son but : avoir la joie d’être tous ensemble un famille ayant pour Père Dieu le Pére et être la demeure de l’Esprit Saint.

    Ecris ce que tu as vu

    Jean: entend la voix : « Ecris donc ce que tu as vu, ce qui est et ce qui doit arriver ensuite. » (Apocalypse  2 et 3)

    Jean ne peut pas écrire les rites d’une religion nouvelle car Jésus n’a laissé aucun code rituel, législatif, dogmatique : rien qu’un nouveau humanisme, une nouvelle façon de vivre qui découle directement de la Paternité universelle et éternelle de Dieu. Il a laissé à ses disciples ce qui tenait au cœur de son Père : « Aimez-vous les uns et les autres ! » et à la fin de la cène : « Faites ceci en mémoire de moi ». Notre Père du ciel et Jésus ont fait don de l’Esprit Saint aux apôtres et à l’humanité pour qu’ils enfantent ensemble une humanité en perpétuelle renaissance afin que tous les hommes jouissent de la plénitude de leur humanité.

    Enfanter ensemble ce type d’humanité donne un sens et une finalité à l’aventure humaine.
    Jean, auteur de l’Apocalypse, transcrit une des visions :   « Quelqu’un qui semblait être fils d’homme dit : « Je suis le premier et le dernier et le Vivant; je fus mort et voici, je suis vivant pour les siècles des siècles…Ecris donc ce que tu as vu… » Le Vivant ne lui dit pas ce qu’il voit mais il veut voir les Eglises avec les yeux d’un de ses disciples.

    Ces lettres ne font pas allusion aux célébrations de la cène le dimanche, rassemblant l’ensemble d’une communauté de disciples. Beaucoup devaient avoir en mémoire ce que l’apôtre Paul a écrit dans sa première lettre aux Corinthiens : « Lorsque vous vous réunissez en assemblée, il y a parme vous des divisions. Vos réunions loin de vous faire progresser, vous font du mal…» (1 Cor 17)

    Dans les lettres que Jean adresse aux communautés des disciples de Jésus habitant à Ephèse et aux 6 communautés qui vivent dans les cités entourant Ephèse Jean ne fait allusions à la cène et à des rites cultuels mais  au culte spirituel des disciples de Jésus tel que Pau l’a définit dans sa lettre aux Romains : « Je vous exhorte, frères, au nom de la miséricorde de Dieu, à vous offrir vous-mêmes en sacrifice vivant saint et agréable à Dieu. » (Romains 12, 1)

    Jean décrit le charisme de chacune des communautés

    « Ta grande richesse est de me rester fidèle. »
    « Tu as  gardé ta jeunesse de cœur. »
    « Vous avez combattu le mensonge dans la cité et vous avez été persécutés. »
    « Tu as su prendre tes distances avec les traditions juives et tu en as été persécuté. »
    « Tu as eu le courage d’attendre mon retour. »
    « Tu es une Eglise que j’aime parce que tu es ouverte au monde. »
    « Tu me restes fidèle en restant accueillante aux autres. »

    Jean décrit aussi les maux qui rongent 6 des 7 communautés

    « Tu as abandonné ta ferveur première, tu aimes par habitude. »
    « Tu es tiède, ni froide ni bouillante. »
    « Tu n’accueilles pas ceux qui te dérangent. »
    « Tu es trop attentif à ce qui se passe dans ta cité, tu n’attends plus mon retour »
    « Un de tes membre de ta croit trop aux règles du monde et se fait bien voir. »
    « Tu ne veux rien recevoir des autres et de la cité. »
    « Tu crois à l’amour mais tu n’es pas source de justice. »

    Jean décrit la richesse de l’Eglise de Smyrne

    « Ainsi parle celui qui fut mort, mais qui est revenu à la vie :
    Je sais ton épreuve et ta pauvreté, - mais tu es riche -…
    ne crains pas ce qu’il faudra souffrir…
    Sois fidèle jusqu la mort et je te donnerai la couronne de vie. » (Apocalypse 2, 8)

    En France,  les Eglises sont dépeuplées dans un monde sans Dieu.

    Le synode pour l’Amazonie vient de condamner le cléricalisme qui règne dans l’Eglise catholique : « Même si Vatican II a rappelé en 1962 l’importance du rôle de l’ensemble des baptisés appelés ‘prêtres, prophètes et rois’, la figure du prêtre ‘surpuissant’ est restée très prégnante sur les bancs des églises. Et la gestion de la crise des abus sexuels a montré combien les dérives du cléricalisme, en ce qu’il fausse la manière de concevoir l’autorité dans l’Eglise, pouvait avoir des conséquences dramatiques. » (Isabelle de Gaulmyn La fin de l’Eglise tridentine  LA Croix L’Hebdo 2 Novembre 2019 )

    L’Esprit Saint ne frappe-t-il à la porte de toutes les communautés des disciples de Jésus pour qu’elles se convertissent non pas pour qu’elles fassent des plans pour attirer des personnes dans leur communauté mais qu’elles prennent conscience que l’Esprit Saint frappe à leur porte pour les appeler à se convertir afin d’être plus fidèle à l’amour universel et créateur de Jésus.

    ****************************************************

    "D'après vous, quelle lettre Jean aurait envoyé à ces églises qui sont implantées dans des populations qui ne font presque plus référence à Jésus ?"

    Vos réaction paraîtront lors de la prochaine lettre.

     


    La contribution d'un photographe

    Eglise de Vallorcine sous la neige © Norbert Pousseur
    Vallorcine - 1983 - d120a83p0076v03 - © Norbert Pousseur

    Une église sous les assauts de la neige et diu vent.
    Une église dans l'épreuve,
    qui essaie de se protéger des avalanches par un épais mur de pierres.

    Et poutant, il y a quelques années celui-ci a été submegé et en partie détruit par un trop plein de précipitations de neige qui a dévalé les pentes et a tout entraîné.
    Le mur a été reconstruit, et ce n'est pas la première fois.

    Double symbole ?
    Lutte contre les éléments d'une Nature en partie déboussolée,
    et/ou ...
    Lutte de croyants pour que
    leur église / leur Eglise
    ne disparaisse pas dans un paysage tourmenté ... ???

     


    Pour celles et ceux qui reçoivent déjà les newsletters de ’Eglise pour notre temps’, ils recevront cette année les 6 newsletters sur le thème : ‘L’Eglise au souffle de l’Esprit Saint’.
    Si vous souhaitez qu’un(e) de vos connaissances les reçoivent aussi, il vous suffit d’inscrire son adresse mail sur le mail qui s'ouvrira lorsque vous cliquerez sur cette flèche :   
    Mail pour NewsLetter L'Eglise au souffle de l'Esprit Saint


     

    Apports d’internautes

    À vous la parole… envoyez-nous vos réactions par Mail     Mail de réaction aux réfelxions sur l'Eglise

     

     


Ci-dessous, en tableau, les autres sections principales de ce site

Les bouleversements culturels Recevoir la Newsletter Réactions
Notre foi renouvelée L'inculturation La Foi vécue en Église

 

Recherche dans le site

Haut de page

     Qui sommes nous             Nous écrire                 Liens                     Plan