Toutes les ressources sur
Notre Foi renouvelée


Le(s) texte(s) récent(s) de référence sur
Notre Foi renouvelée


Les contributions des visiteurs sur
Notre foi renouvelée


Les contributions d'experts sur
Notre foi renouvelée


Livres sur
Notre foi renouvelée


Échos de la presse sur
Notre foi renouvelée


Le texte de référence précédent :
Pourquoi Jésus a-t-il choisi le langage des paraboles ?

Le texte de référence suivant :
Spiritualité orientale et Justice

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Notre foi interrogée par Jésus fidèle à sa culture juive

Texte de référence

 

 

Pour une création nouvelle - © Virginie Lecomte

 

Le don de l’Esprit

 

 

 

Jésus a fait une expérience intime de la présence de l’Esprit-Saint qui l’a guidé, soutenu, éclairé. Le plus cadeau que peut faire Jésus à ses disciples et à l’humanité est de leur donner cet Esprit Saint.
Le jour où les juifs fêtent Chavouot qui commémore, cinquante jours après la Pâque juive, la descente du Mont Sinaï par Moïse, porteur des Tables de la Loi, les chrétiens fêtent le jour de don de l’Esprit-Saint. En célébrant cette fête, il ne s’agit pas seulement pour les chrétiens de chercher à remplacer les dix commandements par le don de l’Esprit mais aussi de saisir la façon étonnante dont Dieu se situe face au mal qui détruit l’homme comme un cancer qui le ronge.
Le jour de la Pentecôte est un jour où le récit de la création d’Adam et Eve est réécrit. Dans le récit de la Genèse, Adam et Eve, ayant désobéi à Dieu,  se découvrent fragiles, nus car ils ont voulu creuser un fossé entre Dieu et eux. Malgré cette distance, Dieu vient à eux et leur fait don d’un vêtement pour qu’ils soient moins fragiles dans ce monde violent. Le jour de la Pentecôte, les disciples ne reçoivent pas un vêtement mais sont revêtus cette fois-ci de l’Esprit de Dieu qui les rend brûlants d’audace et d’amour. Même Pierre, fait cette expérience d’une force nouvelle en lui, lui qui a mis une distance entre Jésus et lui en le trahissant. Peut-être que Jésus l’a choisi comme pierre sur laquelle il bâtira l’Eglise car, contrairement à Jean qui a été fidèle jusqu’au bout, il sait ce qu’est la fragilité humaine et la force du pardon.
Les hommes ont voulu bâtir une tour de Babel qui veut atteindre les cieux et qui a comme prix, raser toutes les différences entre les peuples. Le jour de la Pentecôte, non seulement l’Esprit rétablit la différence entre les hommes qui parlent des langues différentes mais il fait entendre la Parole de Dieu dans leur langue, dans leur peuple. Le jour de la Pentecôte, Dieu recrée l’altérité qui anime les hommes depuis qu’ils sont hommes. Le jour du don de l’Esprit, les apôtres sont appelés à aller à la recherche de l’Esprit Saint qui ‘se cache’ dans la langue des hommes Ce qui va obliger les apôtres à apprendre leur langue pour comprendre comment ils ont accueilli la Parole de Dieu. Ils vivront cette aventure non seulement en respectant la façon qu’ils parlent de leur vie, de leur ouverture aux autres, de leur façon de faire grandir la justice, d’exprimer leur soif de l’indicible mais de en s’en nourrissant  pour grandir eux-mêmes et ensemble en humanité.

 En répandant sur toute chair son Esprit, Dieu prend une nouvelle initiative de vivre avec les hommes leur aventure humaine. Il rejoint les peuples et les hommes pour qu’ils transforment leur soif de vivre par la recherche de justice et par l’amour de tous les hommes et de Dieu.
En faisant cadeau à ses disciples de l’Esprit Jésus, leur donne le courage et la force de ne pas tomber  dans la tentation de semer mais de moissonner, de rester lucides sur ce qui détruit les hommes en privilégiant leur solidarité avec les plus pauvres, de ne pas craindre la confrontation ni la persécution.
Jésus n’a laissé ni rituel, ni code législatif, ni corpus doctrinal. Jésus n’a pas inventé une pédagogie nouvelle ni rien qui puisse être répété. Jésus n’a jamais donné des réponses convenues aux personnes qui lui ont fait confiance, qui cherchent, qui s’interrogent, qui crient leur désespoir ou qui doutent. Jésus a désiré donner à ses disciples son Esprit pour qu’ils amènent la création à son achèvement : l’humanité pleinement ajustée à Dieu, à elle-même et à la création.

          « Dieu a fait de nous des justes… l’amour de Dieu a été répandu en nos cœurs par l’Esprit qui nous a été donné. » (Rom. 5,1 et 5)

 

 

 

Photos de Claire LY  - Mars 2012
J-C Faivre d’Arcier (Bagnolet), Jn. de Montalembert (Argentine) R. Pousseur (responsable du site)

.

 

 

 


Votre contribution

Pour partager vos expériences, initiatives, cliquer ici Cliquez pour ouvrir envoyer vos commentaires

 

 

 

 

Haut de page

Illustration tous droits réservés