La page de présentation de nos publications

 


L'ouvrage suivant :
Alimenter et ensolleiller sa vie intérieure

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Les Publications de l'association 'Église pour notre temps'

'Enfanter les Évangiles'
Robert Pousseur
90 pages
(The Book Edition - 2012)

 

 

Robert Pousseur
en collaboration avec Jean de Montalembert,
Jean-Claude Faivre d’Arcier
et l’Association ‘Eglise pour notre temps.’

Prologue du Père G. Louis,
évêque de Châlons en Champagne

 

Enfanter les Evangiles
Défi majeur lancé aux chrétiens du 21ème siècle

Enfanter les Evangiles - Robert Pousseur

 

 

 

Eglise pour notre temps
www.eglise-pour-notre- temps.net

 

 

 

       ‘Enfanter les Évangiles’ est né d’une réflexion menée en équipe  par les Pères A. Bruneau de Paris, Jn-C. Faivre d’Arcier de Seine Saint-Denis, P. Galloy de Nancy, J. de Montalembert aumônier de la communauté francophone de Buenos Aires, R. Pousseur de Saint-Quentin, J. Teissier de Nîmes, quatre laïques qui ont tenu à conserver l’anonymat et le Père G. Louis, évêque de Châlons en Champagne.

       ‘Enfanter les Evangiles’ comporte trois chapitres :
      L’aventure culturelle de l’humanité commencée avec l’homo sapiens et se poursuivant aujourd’hui par de profonds bouleversements culturels.
       Dans cette aventure, Dieu a une présence inimaginable, bouleversante et même scandaleuse.
       Les bouleversements culturels actuels et la présence déroutante de l’Esprit au cœur des peuples et de tout homme posent de nouvelles exigences aux disciples de Jésus : ils ont ensemble à relever les défis pour enfanter aujourd’hui les Evangiles dans le ‘vie’.

 

Prix 10€ à commander via le site TheBookEdition pour commander le livre

 

 

 


 


Novembre - 2012 - Un internaute : Dans le journal ’La Croix’ du 29 octobre 2012, on peut lire ce qui suit à propos du synode sur la nouvelle évangélisation : «  Au total, deux lignes de pensée ont coexisté durant ce Synode. L’une, présente dans les propositions, appelle à une refondation de la foi en forme de reconquête sur une triple base : la paroisse territoriale, le prêtre et l’évêque, la modernisation des outils de transmission. L’autre, qui apparaît dans le message, appelle à prendre en compte la métamorphose des questions posées à l’Église par le glissement des plaques tectoniques de la société (famille, travail, argent, écologie, institutions, transmission, autorité, etc.) et à « entrer en conversation » avec elle, en vue d’une « conversion » avec ces nouveaux schémas. » Votre livre se situe nettement dans la deuxième ligne de pensée, celle dans laquelle je me retrouve aujourd’hui.


Octobre - 2012 - Un internaute : « Le titre répond à mes préoccupations et interrogations : ’ Enfanter l’Evangile’ dit bien que l’Evangile n’est pas un livre de sagesse ni un code moral mais il est ‘la Vie’ et fait naître la vie. A nous de prendre des risques pour enfanter cette bonne Nouvelle, même si on est un homme ! » 


 

19/09/2012 - Un internaute : Ce livre est original et interroge notre pastorale diocésaine. Merci pour cette réflexion enrichissante.


19/09/2012 - Une internaute vivant à l’étranger : L'encadré me plait beaucoup: J'aurai plaisir à en parler avec mes amis car l’Evangile pose ici les mêmes problèmes qu’en France. Merci !


18/09/2012 - Un prêtre
Voici rapidement quelques réactions:

* Le prologue me plaît beaucoup: dynamique,actualisé avec certaines questions "chaudes" (homme/femme) et la reprise du sens du retable. Cela donne envie de lire la suite.

* 1er  Chapitre sur l’aventure humaine : "L'énergie créatrice déterre l’enfoui.": J'aime bien ce sous-titre . On y retrouve la question centrale de la mort et de la soif spirituelle. C'est bien écrit. Les citations des paléontologues questionnent.
le "Moi, Je" appelle un débat. C'est bien.
La présentation de l'aventure du peuple de Dieu dans la Bible arrive bien après cette longue écoute de l'aventure humaine d'hier et d'aujourd'hui.

* 2ème  chapitre sur Jésus :  J'aime bien le titre : "Le corps, un des lieux de la manifestation de Dieu" cela appelle à un regard positif et croyant sur nos corps. 

* 3ème chapitre sur l’aujourd’hui : Des choses que je trouve  particulièrement éclairantes :

 - "Aussi étrange que cela puisse paraître, ce don de l’Esprit-Saint n’est pas fait pour être partagé à d’autres en tant que tel. Mais il doit permettre à chacun de découvrir et de révéler que Dieu le Père et son Fils Jésus font ce don à tous les hommes".

-« le Christ fait d’une Eglise de pécheurs son propre Corps puisqu’il est mort pour les pécheurs. » (p.113) Cette remarque est importante car beaucoup aujourd’hui ne se croient pas dignes de servir leurs frères à la suite de Jésus. Or tous les disciples de Jésus, unis dans une communauté chrétienne, sont appelés à croire en eux-mêmes ...

-"l’Esprit qui inlassablement, appelle les disciples de Jésus à rejoindre le ressuscité dans les ‘Galilée’ ou les ‘Samarie’ d’aujourd’hui. Ces baptisés ont l’impression que l’institution ecclésial est tellement absorbée par les questions de management interne, qu’ils en viennent à penser que leur expérience, leur découverte, leur attente ne font pas partie de la vie de l’Eglise". 

-"Les disciples suivent Jésus comme le Chemin, non comme le terme du voyage". 

-"Dans le christianisme, l’amour qui, en quelque sorte de bas en haut, va réaliser l’accomplissement ou, si j’ose le dire, ‘le remplissement’ ( en grec, le plérôma) de la Loi...

-"l’Esprit Saint va prendre des initiatives pour déposséder les apôtres de la tendance qu’a l’Eglise naissante à les considérer comme les uniques maîtres des initiatives missionnaires...

-"Cette libération de la Loi est l’acte fondateur du christianisme. « C’est pour la liberté que Christ nous a libérés. » (Ga 5,1)

-"« L’objet de la révélation, c’est la manière dont Dieu nous aime ; en révélant son dessein sur nous, il nous révèle qu’il est Trinité : faire de l’humanité une Humanité digne de ce nom : un humanité humaine, une humanité fraternelle d’hommes libres et égaux devant Dieu, mais inégaux entre eux par la diversité de leurs dons, par la diversité dont ils s’en servent et les mettent en œuvre. »

 

Haut de page