Recherche dans le site

 

 

 

 

 

Accéder à la liste par AUTEUR

 

Accéder à la liste par TITRE

 

Accéder à la liste par THÈME

 

La page des livres non encore listés

 

L'ouvrage précédent :
Le génocide est une marée noire, ceux qui ne s’y sont pas noyés sont mazoutés à vie.

L'ouvrage suivant :
Notre foi interrogée par les mutations culturelles




 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Visionnaire de l'invisible
La littérature

Dieu, une biographie
Jack Miles
(Robert Laffont - 1999)

 

L’antique génie israélite a été le premier a imaginé
un dieu personnel sans être sexué.

 

Dieu, une biographie

      Né à Chicago en 1942, Jack Miles, auteur de Dieu Une biographie, a fait ses études de théologie à l’Université grégorienne de Rome et à l’Université hébraïque de Jérusalem. Il est diplômé de langues sémitiques anciennes de Harvard University. Ceux et celles qui se nourrissent de la Bible pour approfondir leur foi ou pour qui la Bible est un livre de prières, risquent d’être décontenancés par le travail qu’a entrepris l’auteur.

Jack Miles Bible traite de Dieu comme un héros de roman. Et pourtant, cet ouvrage est d’une érudition éblouissante qui peut modifier notre vision de la Bible, notre découverte de la façon dont Dieu intervient dans l’histoire de l’humanité. Le but de son livre est de raconter la vie de Dieu tel que les livres de la Bible le présente. En termes littéraires, on peut dire que Dieu est le premier acteur de la Bible. Il ne fait pas son entrée sur la scène humaine mais il la crée et ensuite, il fait son entrée sur cette scène.  L’action de Dieu a pour objet l’homme. « L’histoire de la vie de Dieu se confond avec celle de son œuvre, la création de l’humanité à son image. Concrètement, cet acte de création s’accomplit à travers l’histoire humaine qui constitue l’intrigue de la Bible. » (p 97)  Quant à ce Dieu qui veut que l’humanité soit précisément à son image, Dieu ne le découvre que chemin faisant. 

    Dans les premiers livres de la Bible, Dieu « n’a pas de vie sociale ni de vie privée ; il ne fréquente pas d’autres dieux et, intellectuellement, il n’est guère porté sur l’introspection. Il n’est pas un être de ce genre. Sa seule manière de se connaître passe, apparemment, par l’humanité, considérée comme son image. » (p 197) L’antique génie israélite a été le premier a imaginé un dieu personnel sans être sexué. Dans la civilisation, on n’avait jamais connu rien de tel.

Avec Israël, Dieu va connaître des échecs. Pour punir son peuple de ses infidélités, le champ d’activité de Dieu va prendre des dimensions internationales. Dieu va intervenir par l’Assyrie qui envahit Jérusalem et par Babylone qui sera la terre d’exil de l’élite du peuple élu et des responsables religieux et politiques de Jérusalem.  « Il fallait une certaine audace littéraire pour transformer les victoires historiques de l’Assyrie et de Babylone en action d’un protagoniste, le SEIGNEUR Dieu, appliquant les termes d’un accord antérieur avec Israël, son antagoniste. » (p 200) L’auteur précise que ce changement prendra toute son ampleur avec les oracles des prophètes.

A ce stade de l’histoire de Dieu avec l’humanité, les auteurs bibliques n’ont jamais prêté à Dieu de l’amour, ni comme action, ni comme mobile. Ce n’est pas par amour que Dieu a créé l’humanité. « A en juger d’après le texte de la Bible, de la Genèse 1 à Isaïe 39, on peut dire sans outrance que le SEIGNEUR ne sait pas ce qu’est l’amour. » (p 248) De même, dans la Bible, de la Genèse jusqu’au IIe livre des Rois, il n’est jamais question de la joie, du bonheur ou du plaisir de Dieu. Dans le récit de la création, il est dit que ‘Dieu vit que cela était bon’, mais jamais ‘Dieu se réjouit car cela était bon.’

Avec les grands prophètes, la connaissance de Dieu va s’intensifier. Mais attention ! En hébreu, le verbe ‘connaître’ s’applique à une connaissance personnelle qui peut impliquer l’amour un peu plus facilement. Le verbe ‘connaître personnellement’ ne s’applique pas à un ‘savoir théologique’.

En suivant cette histoire de Dieu avec l’humanité racontée par Jack Miles, le lecteur peut être surpris que l’auteur mette en premier que l’homme et la femme ont été créé à l’image de Dieu. Ensemble et bien que différent, l’homme et la femme ont comme vocation de mettre au monde. La Bible n’est pas un livre de morale, ni un livre de code de la vie mais un appel à enfanter la vie, vivre à l’image et la ressemblance du Dieu créateur. , d’enfanter la vie. Dieu ne demande pas aux hommes de lui être soumis mais d’user de leur liberté pour enfanter ensemble la recherche de la vérité, de la justice en aimant comme des parents qui aiment leurs enfants.

Enfanter la vie est gros de potentialités tragiques.

 

 

Décembre 2016 - R. Pousseur 

 

 

 

 

Épuisé, voir sur les sites d'occasions ( Amazon, Ebay...)

 

Haut de page